laicite
Catalogue
Dialogue
recherche
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher :
Soit en local sur ce site (précis): (aide) Icone envoisimple-2
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2


Email pour nous contacter
contact@statuedelalaicite.fr


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
aide Page mise à jour le 20-11-2020 à 18:05
  Un message pour ce texte:   Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait

L’acquisition de l'île

La statue est située sur l'île de Liberty Island, dans le port de New York.

À l'origine, l'île était connue sous le nom de Bedloe's Island, et servait de base militaire. Elle abritait le Fort Wood, bastion d'artillerie construit en granit et dont les fondations en forme d'étoile à onze branches servirent de base pour la construction du socle de la statue. Le choix du terrain et son obtention demandèrent plusieurs démarches.

En 1877, le Congrès des États-Unis donna son accord pour la construction de la statue et W. T. Sherman fut nommé pour désigner le terrain où le monument serait bâti. Il choisit le site de Bedloe's Island24.

Quinze ans avant l’inauguration, Bartholdi avait déjà envisagé de construire son bâtiment sur l’île de Bedloe. Dans son esprit, elle y était déjà construite et tournée vers son continent d'origine, l'Europe dont elle accueillait et allait continuer d'accueillir les immigrants25.

Ce n'est qu'en 1956 que le Congrès décida du changement du nom de l'île en Liberty Island, c'est-à-dire « île de la liberté ».

>Le socle

La réalisation de l'immense socle de la statue avait été confiée par Bartholdi aux Américains, alors que les Français devaient se charger de la construction de la statue puis de son assemblage. La collecte des fonds nécessaires à la réalisation de l'ouvrage fut placée sous la responsabilité du procureur général, William M. Evarts.

Mais comme elle avançait très lentement, Joseph Pulitzer26 accepta de mettre à la disposition des responsables de la construction les premières pages du New York World afin de récolter de l'argent.

Le journal fut également utilisé par son créateur pour critiquer les classes aisées, étant donné leur incapacité à trouver les fonds nécessaires, ainsi que les classes moyennes, qui comptaient sur les plus riches pour le faire. Les critiques acerbes du journal eurent alors des effets positifs, en incitant les donneurs privés à se manifester, tout en procurant au journal une publicité supplémentaire, puisque 50 000 nouveaux abonnés furent enregistrés pendant cette période.

Les fonds nécessaires à la construction du socle imaginé par l'architecte américain Richard Morris Hunt et réalisé par l'ingénieur Charles Pomeroy Stone, furent toutefois rassemblés en août 1884.

La première pierre du piédestal fut posée le 5 août 1884, et le socle, majoritairement composé de pierre de Kersanton provenant des carrières de Loperhet et de Logonna-Daoulas (deux communes de Finistère), fut construit entre le 9 octobre 1883 et le 22 août 188627. Lorsque la dernière pierre de l'édifice fut posée, les maçons prirent plusieurs pièces d'argent dans leur poche, et les jetèrent dans le mortier. Les participants à la cérémonie déposèrent leurs cartes de visite, des médailles et des journaux dans un coffret de bronze, déposé dans le socle28.

Au cœur du bloc qui compose le socle, deux séries de poutres rattachent directement la base à la structure interne imaginée par Gustave Eiffel de façon que la statue ne fasse qu'un avec son piédestal. En outre, la pierre de parement du socle de la statue de la Liberté provient des carrières d'un petit village de France, Euville dans la Meuse, réputé pour la blancheur de sa pierre, dite « d'Euville » et pour ses qualités de faible érosion à l'eau de mer.

 






trait     image     image     image